Mesure non destructive du contenu de tungstène dans une phase liante d’alliages lourds de tungstène

La mesure des propriétés magnétiques est une méthode non destructive réputée pour contrôler la composition et la microstructure de carbures cémentés.

À l’occasion du 19e séminaire Plansee, Stefan Marschnigg a démontré que cette méthode peut également être appliquée aux alliages lourds de tungstène ferromagnétiques. Les changements de composition lors d’un traitement par chaleur peuvent modifier les propriétés magnétiques des alliages lourds W-Ni-Fe par exemple, ce qui permettrait d’effectuer des mesures non destructives simples. Il a indiqué qu’une augmentation de la teneur en tungstène dans des échantillons Ni Fe (W) et des températures de recuit supérieures pour des échantillons d’alliage lourd Densimet 180® de nuance 95W Ni Fe entraîne une baisse de leur magnétisation de saturation en fonction de la masse. Les analyses XRD indiquent que des températures supérieures de traitement par chaleur entraînent des paramètres de maille plus grands dans la phase liante. De même, des quantités supérieures de tungstène dissout dans les échantillons de fer nickelé agrandissent la maille W-Ni-Fe. Cela suggère que la baisse de magnétisation de saturation des alliages lourds recuits à des températures supérieures est liée à du tungstène plus dissout dans la phase liante. Une relation entre la magnétisation de saturation et la teneur en tungstène dans la phase liante pourrait être établie grâce aux échantillons Ni Fe (W) dont la teneur en tungstène est connue. Au vu de ces résultats, Stefan Marschnigg a proposé l'utilisation de mesures de la magnétisation de saturation comme méthode non destructive de contrôle de la qualité dans la production d’alliages lourds de tungstène ferromagnétiques.

Lire l’article en entier.

Vous trouverez ici d’autres articles à propos du séminaire Plansee.