Soudage par friction rotative de composants de molybdène

Le soudage par friction rotative est un processus industriel réputé pour raccorder deux petits composants TZM. Ce processus a désormais été utilisé pour souder des composants tubulaires de molybdène pur.

Le raccord de composants TZM par soudage par friction rotative est un processus industriel bien établi, mais uniquement pour des sections transversales allant jusqu’à 1 500 mm². Le passage au niveau supérieur avec des composants allant jusqu’à 5 000 mm² dans une variante du processus à entraînement direct nécessite des développements approfondis et une compréhension plus poussée du processus de soudage, y compris des préformes de soudage, du système de blocage et des paramètres de la machine. À partir du processus existant pour les tubes TZM, les paramètres de soudage ont été transférés aux composants tubulaires en molybdène pur (Ø 130 x 10 mm, 4 400 mm²). Les soudages obtenus ont présenté une microstructure à grains fins et sans défaut. Cependant, le molybdène s’est révélé plus compliqué que le TZM. Des taux de refoulage particulièrement élevés et des surcharges du moteur se sont produits lors de la phase de friction. Par conséquent, une étude de soudage axée plus spécifiquement sur le mécanisme a été réalisée à l’aide d’échantillons de taille réduite et dans des conditions de laboratoire. À l’occasion du 19e séminaire Plansee, Markus Stütz a présenté les résultats suivants : plastification importante de la totalité de la zone de soudage en raison de la diffusivité thermique et de la résistance inférieure du molybdène par rapport au TZM. Ce fort taux de refoulage réduit considérablement la reproductibilité du processus de soudage. En outre, une alimentation d’énergie concentrée durant la transition entre la phase de friction et la phase de forge est nécessaire pour compenser la diffusivité thermique du molybdène. Lire toute la publication.

Vous trouverez ici d’autres articles à propos du séminaire Plansee.